J'ai mal dormi. je n'ai pas arrêté de penser à ce fichu rdv de jeudi... jusqu'à en rêver. Entre deux phases d'endormissement, je me forçais à poser ma repiration pour m'apaiser et à rationnaliser. J'ai fait des études de sciences et sans être une pro de la génétique, je me dis que sans antécédents familiaux, la probabilité de porter un gène défectueux est négligeable. Je le sais et pourtant ça ne change rien, je gamberge. J'avais plus ou moins réussi à tenir ces pensées loin de moi au cours des derniers mois, mais la date approchant, elles reviennent au galop. Allez jeudi après-midi je serai fixée.