Des pensées diverses aujourd'hui. Pas toujours très gaies.

Lorsque j'ai appris que j'étais malade, peu de temps après, une élève de CE2 que j'avais eue l'année précédente, me confiait que sa maman avait aussi un cancer du sein. Lorsque nous nous croisions, lors de mes visites à l'école, je prenais des nouvelles. La dernière fois, Laetitia, me disait que sa maman était à l'hôpital.

J'ai croisé Laetitia la semaine dernière en traversant le couloir, mais je ne lui ai pas demandé comment allait sa maman. Trop de monde, trop de bruit.

Ce matin, j'étais dans la cour et je discutais avec ma collègue. Nous parlions de la fête des mères et elle m'expliquait que cette année, elle n'avait rien fait " à cause " de Laetitia. Je suis restée interloquée. Et c'est là que j'ai compris et appris que la maman était morte il ya quelques semaines, laissant derrière elle 4 petites dont la plus âgée est au CM2.  Je ne sais pas si mes collègues ont "oublié" de me le dire ou si simplement, elles n'ont pas osé.

Cette nouvelle me trotte dans la tête depuis ce matin. Je suis peinée pour ses filles, et cela ravive aussi ma propre peur. 

Je mesure ma chance, d'être là, d'avoir été soignée. Je sais que chaque cancer est différent. Mais je ne peux m'empêcher de me demander : et si il revenait ? Serait-il plus fort ? Arriverai-je encore à le vaincre ?

J'essaie de relativiser. Je sais que cette maman partie trop tôt avait aussi tardé à se faire soigner. 

Mais je constate, qu'il n'est pas aisé de tourner la page et que le temps aidant, je commence à réaliser.