Les semaines passent : certaines activtés ne changent pas d'autres varient.

Dans quelques jours j'en aurai terminé avec la radiothérapie. ça me paraît presque étrange et irréel. Depuis l'annonce de mon cancer le 20 février, depuis la première chimio en mars, je baigne complètement dans le médical. La radiothérapie est contraignante mais c'est tellement moins difficile à vivre que la chimio. Bientôt tout cela sera fini et je ne sais pas encore comment je vais le vivre. 

Il y a mon rdv en oncogénétique du 26 décembre qui me turlupine. Enfin, pas le rdv en lui-même mais ce que l'on pourrait découvrir en faisant un test génétique. J'évite de trop y penser, parce que je ne veux pas me mettre la rate au court-bouillon pour rien. Mais quand même... et si j'étais porteuse d'un méchant gène ? Et surtout et si j'avais transmis ce méchant gène à mes enfants ? Hypothèse encore plus douloureuse à concevoir.

On va prendre les choses, les unes après les autres. Aller à ce rendez-vous, attendre les résultats du test et agir en conséquences.

Mes journées sont donc encore rythmées par la radiothérapie, mais aussi par les rdv médicaux de ma mère. C'est compliqué de replonger si vite là dedans. Je ne veux pas savoir ce que l'avenir me réserve de ce point de vue là. Et puis c'est assez tendu, lorsque je dis à mon cher et tendre que je dois en plus de mes propres rendez-vous aller m'occuper de ma mère (bon en même temps, j'ai passé la journée du 4 décembre aux urgences pour elle qui psychote beaucoup). Je sais que sa réaction est là pour me protéger. je sais qu'il veut me dire de penser à moi, de me préserver, de me soigner d'abord. Et je sais surtout que cette année n'aura pas été facile pour lui non plus. Il faut rester fort, je ne le sais que trop bien.

Il y a aussi les doux moments au milieu de tout cela : mon anniversaire fêté avec des amis et ma belle-famille; mes petites virées courses de Noël, avec une petite sortie boutiques samedi matin avec ma fille (en espérant qu'il n'y ait pas trop de monde car j'ai horreur du monde ! ), un autre dîner avec des amis samedi soir...

Cette année, encore plus que les précédentes, j'ai envie de sentir l'esprit de Noël, envie de vivre des moments en famille, avec les amis, avec les gens que j'aime, les gâter pour essayer de leur "rendre" tout ce qu'ils m'ont donné. Et croyez moi, j'ai beaucoup, beaucoup reçu au cours de ces derniers mois. J'ai donc beaucoup d'amour, d'amitié et de tendresse à distribuer.