Il y a 15 jours de cela, j'ai dîné avec une amie. Cette amie est devenue une adepte du yoga, de la méditation... ce qui lui a apporté beaucoup de bien dans sa vie privée et professionnelle. Autant vous dire que pour moi, le lâcher prise, ressemble à un objectif inacessible. Elle est aussi beaucoup dans la prévention, comme sa maman d'ailleurs. Cette dernière m'a conseillée à plusieurs reprises de faire appel à un magnétiseur pour mieux supporter la radiothérapie. J'ai eu tendance à dire : "oui, oui, je vais le faire" et à ne pas donner suite (ce que j'ai fait). J'ai donc expliqué à mon amie ce soir là, que je voulais avant de faire appel à un magnétiseur, ressentir les choses et voir si j'en avais le besoin réel. 

(Petite parenthèse. Dans ma petite tête très cartésienne, trottait et trotte encore le raisonnement suivant : si je fais appel à un magnétiseur dès le début de la radiothérapie et que celle-ci se passe bien, je ne saurai jamais si c'est l'effet du magnétiseur ou juste mon corps qui a bien "accepté" le traitement).

Au moment, où je lui ai dit que j'avais besoin de ressentir les "choses" avant d'aller voir un magnétiseur, elle m'a dit ceci : "Mais on sait que tu es forte, tu n'as pas besoin de le prouver davantage ! ".

Euh, oui... ce n'est pas faux.

Pour autant, je n'ai pas l'impression que je cherche à prouver quoi que ce soit.

Mais en même temps, au moment où j'écris ces mots, je me dis qu'un psy aurait bien des choses à dire là dessus (c'est d'ailleurs pour ça que je ne vais pas voir un psy non plus.).

Il me reste 12 séances de radiothérapie et pour le moment tout se passe pour le mieux. Alors croyez bien que je n'ai pas envie de me coller des rdv médicaux en plus. Et en plus comment dire : je suis assez têtue comme fille. Si, si je vous assure.