Au pays de Phany et son méchant cancer.

D'abord, il y a les gentils et les gentilles. Ce sont toutes les personnes adorables qui me laissent des messages : ici, sur facebook, par mail, par texto, de vives voix et par voie postale. Le méchant cancer renforce en fait les liens. C'est réellement le côté positif de tout cela (et le seul, si ce n'est la grande variété de style capillaire qui va s'offrir à moi dans les semaines à venir,). Jamais je ne me suis sentie seule, au contraire je suis entourée de toute une armée de personnes qui par des petits gestes, des petits mots m'apporte bien plus que je ne saurais l'exprimer.

Ainsi hier, dans ma boîte aux lettres une petite carte très jolie pour me dire : Get Well Soon. Des petits bonheurs indispensables à la guérison. Merci Stéphanie :)

Mais au pays du méchant cancer, il y a aussi les méchants. les petites ou grandes complications qui entrainent quelques désagréments. La plus grande aura été le pneumothorax du début et en ce moment je connais quelques petites complications suite à l'opération. Rien de trop méchant, mais bon, ça cause quelques désagréments tout de même. 

Hier vers 21 heures, je me suis rendu compte que de ma cicatrice sortait un liquide un peu orangé... J'ai ressorti ma petite feuille sur la tumorectomie et j'ai lu : "Parfois, une poche de liquide appelé lymphocèle peut se former sous la cicatrice". Le chirurgien m'en avait parlé. 

J'ai nettoyé, mis un pansement et hop, après la série du soir, dodo. Sauf que vers une heure du matin, mon tee shirt était bien mouillé, avec une belle auréole au niveau du sein. J'enlève le pansement, et là ma foi, je constate que ça coule beaucoup. 

Après avoir averti les enfants, nous nous rendons aux urgences. J'ai été dirigé vers les urgences gynécologiques où j'ai encore croisé des femmes à gros bidon. Un médecin m'a examiné rapidement, prescrit des soins infirmiers et hop retour maison. Rien d'anormal, il faut que le liquide s'évacue. OK.

Ce matin, lors de ma douche, par pression sur le sein, j'ai encore évacué du liquide. Et cet après-midi, l'infirmier est passé. Et là, avec des gestes bien précis, je peux vous dire que du liquide il y en a eu beaucoup, beaucoup d'évacué. A la fin, il y avait un amoncellement de compresses sales et mon sein gauche qui devenait de plus en plus petit (moi qui le trouvait bien plus gros que le droit ces derniers jours, ça n'a pas duré). Une grosse partie de ce fameux lymphocèle a donc été évacué, mais on recommence demain ; Tant qu'il en reste, la cicatrisation ne se fera pas correctement. Ce n'est pas douloureux, si ce n'est parfois la pression sur le sein (surtout à la fin) mais c'est impressionnant ! J'en profite pour saluer et remercier le travail des infirmiers et des infirmiers qu'ils soient en hopitaux ou en libéral. Merci à vous !