jardin secret

21 juillet 2018

Enervée

Voilà l'adjectif qui me caractérise depuis que j'ai ouvert ma boîte aux lettres ce matin.

Je vous avais dit, que je comptais adresser un courrier à mon inspecteur d'académie, suite à mon passage à mi traitement des mois d'avril et mai, à cause du retard administratif pris par mon dossier.

Je me suis donc fendue, d'une belle lettre manuscrite, avec toutes les jolies formules de politesse qu'il convient de mettre dans une lettre adressée à son supérieur hiérarchique. Je ne manquais pas de souligner le côté ubuesque de la situation dans laquelle je me suis trouvée (vouloir reprendre le chemin du travail et ne pas pouvoir) et aussi le côté complètement déshumanisé de l'administratif qui oublie que derrière un dossier se cache (et pourtant mon dossier n'est pas si épais) une personne humaine. J'en profitais pour demander à ce que mon salaire ne soit pas imputé de moitié, vu que je n'étais pas responsable de leur incompétence (notez que je n'ai pas écrit incompétence, mais enrobé mes propos). Bref, aujourd'hui j'ai reçu une lettre... j'allais dire une réponse, mais non, ce n'est pas à mon sens une réponse à mon courrier. C'est une lettre qui énumère avec toutes les dates, mon parcours administratif depuis ma demande de congé longue maladie adressée le 24 mai 2017. Un résumé de mes démarches administratives et des temps de traitement. J'ai cherché le brin d'humanité dans tout cela... je le cherche encore. J'avais adressé mon courrier à mon inspecteur, c'est sa secrétaire générale qui par sublégation le signe. Pas de formule de politesse. Rien... pas un bonjour, pas un cordialement. Rien...

Magnifique dernière phrase : "Mes services ainsi que ceux de la DDCS font le nécessaire afin de répondre au mieux aux attentes des personnels et se tiennent à votre disposition pour tout complément d'information."

"Font le nécessaire".. ah bon ?!!!!

"répondre aux attentes des personnels" ???? !!!!!! Mais de mieux en mieux !

Ce n'est ni plus ni moins qu'une lettre "foutage de gueule". 

Autant vous dire que j'ai commencé un nouveau courrier et que cette fois tout en restant polie, je n'y mettrai pas du cirage de pompe car , il semblerait que le respect soit à sens unique dans la hiérarchie de l'éducation nationale !

Il va sans dire, qu'aucune réponse ne m'est apporté quant à une révision de mon salaire. D'ailleurs ce n'est évoqué nulle part... même pas un petit truc du genre : " ce n'est pas de mon ressort". Rien. A se demander si mon courrier a été lu !!!!!

Et dire qu'on nous balance des jolis mots comme "bienveillance, écoute..." et tout le tralala ! 

Voilà, je suis énervée, remontée comme un coucou suisse, mais affûtée comme un couteau suisse ! 

 


11 juillet 2018

En ce début juillet

L'année scolaire est  terminée. Mon esprit est déjà parti vers la suivante. Je prépare les futures commandes. Je pense que je vais repasser dans ma classe avant de partir en vacances, histoire de voir, ce qui me reste à ranger. Je reprendrai en septembre 2018 dans un tout autre état d'esprit que lors de ma reprise en mai dernier. J'ai hâte, même si je suis ravie d'être en vacances.

Les vacances ont très bien commencé avec les résultats du bac de fiston : bac obtenu avec mention assez bien. J'ai versé ma petite larme.

Et puis il y a une la soirée des 18 ans à la maison ! Que de fatigue ! Ce n'est plus de mon âge les couchers matinaux.

Ma nièce et mon neveu étaient là pour l'occasion. Ils ont passé une semaine à la maison, et c'était très agréable de voir la bonne entente entre cousins /cousines, surtout lorsqu'ils se rappellent leurs bêtises.

Ma mère va mieux. Elle parle de sortir. Tant mieux. J'espère juste que cette fois la sortie sera plus longue, et surtout qu'elle sera sereine. Si elle n'arrête pas son traitement cela devrait aller. Quand je pense à ces dernières années à tenter de la soutenir et de la faire soigner, je me dis que j'ai réellement traversé une sale période. 

La France était en liesse hier. C'est fou comme le sport peut rassembler. Parfois je me dis que la ferveur populaire devrait être mise sur d'autres causes ; mais bon... ne boudons pas. Il est bon de se réjouir dans la vie.

 

Posté par phany à 20:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 juin 2018

Résultat des tests.

Parmi mes lecteurs assidus, deux sont déjà au courant de la bonne nouvelle. Ils se reconnaîtront sans nul doute. Je ne vais pas faire durer le suspens. Le rdv d'hier à l'institut Curie (après 6 mois d'attente) fut porteur d'une bonne nouvelle. Je ne présente aucune anomalie génétique sur les gènes testés à ce jour. Lorsqu'elle m'a annoncé cela un poids immense est tombé de mes épaules. Je n'arrivais pas à imaginer l'inverse et de devoir dire à mes enfants que je leur avais potentiellement transmis un mauvais gène. Cela ne veut pas dire que mes enfants seront à jamais à l'abri d'avoir un cancer, comme tout individu sur cette terre, mais au moins ne font-ils pas partie d'un groupe à risque. Il n'est reste pas moins certain que ma fille aura un suivi plus important avec des écho et mammo à faire dès la quarantaine. Comme moi au final.  Je coris que de nos jours les gynécologues n'hésitent pas à proposer des mammographies plus tôt que la fameuse cinquantaine, et c'est une bonne chose. Mais comme m'expliquait le médecin hier, les mammographies ne sont pas non plus des examens sans conséquences alors il convient de ne pas les commencer trop tôt non plus. Tout est une question de juste dosage.

Avant de partir, elle m'a tout de même répété que cette bonne nouvelle ne voulait pas dire que je devais arrêter ma surveillance et relâcher mon attention à l'avenir. Mais ça je l'avais compris. 

Je suis rentrée dans ce bureau, la boule au ventre. J'avais repéré de suite le paquet de mouchoirs posé. J'avoue que j'ai eu un moment de montée de larmes mais des larmes de soulagement. Je respire enfin. car je peux bien vous le dire, je savais que je n'aurai pas eu la force d'entendre une mauvaise nouvelle. C'est une chose d'être malade soi-même, s'en est une autre de penser aux conséquences que cela aurait pu avoir psychologiquement sur mes enfants. Ma fille est jeune ado de bientôt 16 ans, qui subit déjà de plein fouet l'adolescence et ses tourments, l'adolescence et parfois son mal être. Je n'ose imaginer ce que cela peut être pour un ado de savoir qu'il est potentiellement porteur d'un mauvais gène et qu'il devra attendre ses 18 ans pour faire le test.

Je vais chasser ses mauvaises pensées de ma tête. Respirer et me dire que ouf, en voilà une sacrée bonne nouvelle ! Le spectre du cancer familial en a pris un coup et c'est super !

Après comme me dit le médecin, la moins bonne nouvelle c'est que pour mon cas, on se sait pas et on ne saura vraisemblablement jamais ce qui a déclenché le  cancer ; ce fameux " mais pourquoi moi ? " comme elle dit.  Mais bon, c'est la vie. Il n'y pas d'explication à tout. 

Je poursuis donc mon suivi assidu et j'attends avec impatience que les fameux trois ans de risque de récidive de mon cancer triple négatif soit passé. Encore un peu d'attente... mais cette attente ne m'empêchera de vivre normalement et le plus sereinement possible.

Voilà, hier fut une belle journée et les jours à venir le seront aussi. La vie est belle ! 

Posté par phany à 08:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2018

Mauvaise nuit

J'ai mal dormi. je n'ai pas arrêté de penser à ce fichu rdv de jeudi... jusqu'à en rêver. Entre deux phases d'endormissement, je me forçais à poser ma repiration pour m'apaiser et à rationnaliser. J'ai fait des études de sciences et sans être une pro de la génétique, je me dis que sans antécédents familiaux, la probabilité de porter un gène défectueux est négligeable. Je le sais et pourtant ça ne change rien, je gamberge. J'avais plus ou moins réussi à tenir ces pensées loin de moi au cours des derniers mois, mais la date approchant, elles reviennent au galop. Allez jeudi après-midi je serai fixée.

 

Posté par phany à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

23 juin 2018

Fin d'année scolaire (2)

Une semaine marquée sous le signe du bac. Et ce n'est pas encore fini pour fiston. Il lui reste une dernière épreuve de sciences lundi après-midi prochain.

Tout a commencé avec la fameuse épreuve de philo : " Le désir est-il la marque de nos imperfections ? ". Je n'ai jamais été fan de la philo et je n'ai jamais compris pourquoi une discipline enseignée un an était au programme du bac. 

Puis se sont enchaînés : physique, langues et mathématiques.

Fiston a trouvé particulièrement ardus les sujets d'anglais (ce n'est pas son point fort) mais aussi de maths (il semblerait que quelques candidats en soient sortis en pleurs). 

Il reste maintenant à attendre la dernière épreuve et surtout les résultats le 6 juillet au matin. Mais quel stress !

 

Tout autre sujet, j'avais rdv mardi dernier avec mon généraliste au sujet de ma thyroide. Je suis toujours en hypothyroïdie, mais rien de comparable avec ce que j'avais avant. Je me rapproche de la norme. Le changement est tel en trois mois sous lévotyrox, que mon médecin penche pour une inflammation temporaire de la thyroïde. Donc pour le moment, plus de cachets et on refait un point dans quelques mois. Ce sera fin août car, j'ai aussi une prise de sang à faire pour mon oncologue. J'en profiterai pour faire celle pour la thyroïde en même temps et une autre demandée par ma gynécologue (mesure de je ne sais plus quelle hormone qui devrait indiquer où j'en suis de ma ménopause... mais moi, je le sais. Plus de règles depuis mars 2017, faut pas être Einstein pour comprendre ce que cela veut dire. Fichue chimio !).

La semaine prochaine, je vais passer ma journée de mardi sur un stade d'athlétisme avec mes élèves pour le challenge. Même si je ne travaille qu'à mi-temps, je vais rester toute la journée. j'appréhende un peu cette journée car je sais par expérience qu'elle est fatiguante. J'espère juste qu'il ne fera pas trop chaud car l'ombre fait défaut autour du stade. On verra. je dormirai bien le soir.

Jeudi, sera une autre histoire, un autre rdv. Je vous dirai cela.

Vendredi chorale à l'école et le soir repas entre collègues où j'irai certainement si mon moral est au beau fixe.

Et puis juillet arrivera avec sa dernière semaine de cours. Mon neveu et ma nièce (les enfants de ma soeur) arriveront le 2 juillet avec mon père. Ils seront donc là pour fêter les 18 ans de mon fils que l'on tente de préparer. Les 4 cousins cousines se retrouveront donc une semaine à la maison. Heureusement que je ne travaille qu'à mi-temps d'ailleurs.

Mercredi dernier, c'était le spectacle de théâtre de ma fille. L'année dernière je n'avais pas eu la force d'y aller, la chimio m'ayant lessivée. C'est donc avec beaucoup d'émotion que j'ai vu celui-ci en vrai (et non pas filmé par mon cher et tendre). J'ai beaucoup ri. Beaucoup de talents dans ce petit groupe et des scènes très humoristiques. Un bon moment de plaisir.

Les jours ont filé vite cette semaine. Et je crois qu'il en sera ainsi jusquà la fin de l'année scolaire.

J'ai trouvé et pris le temps de rédiger mon courrier pour l'inspecteur d'Académie, demandant une rectification de mon salaire, suite aux problèmes administratifs. On verra bien. je ne suis pas convaincue que cela fonctionnera. J'ai de toute façon un autre courrier à envoyer pour obtenir des indemnités  journalières compensatoires de ma mutuelle. 

Je relis ma note et je me rends compte qu'elle part un peu dans tous les sens. Je vous laisse le soin de remettre les évènements dans le bon ordre.

Les fins de journées sont difficiles. Je me sens fatiguée. Une bonne fatigue comme je disais à mon médecin, mais une fatigue néanmoins. Heureuse quand j'y pense de n'avoir repris qu'à mi-temps. J'ai hâte que cette année scolaire se termine, car si j'étais heureuse de reprendre (et toujours heureuse d'aller travailler), j'ai du mal à trouver mes marques autant dans la salle des maitres que ma classe. Et puis avec le mi-temps, il me faut tout boucler avant de quitter la classe l'après-midi. C'est un autre rythme, une autre relation avec les élèves également. Dans la salle des maitres, je me sens encore en décalage. Parfois j'ai l'impression d'être là, sans vraiment être là. Je suis "de passage" cette année. En septembre prochain, il en sera autrement.

Et puis ma classe a besoin d'un bon rangement. La remplaçante de l'année dernière n'a pas enlevé les affiches que j'avais mises, celle qui a commencé l'année n'a pas osé le faire aussi. C'est étrange. Certaines choses n'ont pas bougé depuis mars 2017, comme les productions d'arts visuels qui sont toujours dans le meuble de rangement. Bref, il faut que je range tout cela. Mais le matin en classe, ce n'est pas possible et l'après-midi la classe est occupée. Les derniers jours de la dernière semaine lorsque les élèves ont l'autorisation d'amener des jeux, devraient me permettre de faire ce rangement. Sinon, je reviendrai pendant les vacances. 

Il faut aussi que je prépare mes commandes pour l'année prochaine une fois que je saurai sur quels niveaux de classe me fixer : CE1 / CE2 ou CE2 / CM1.

Il nous faudra à la rentrée 2018 travailler sur le centenaire de l'armistice de la première guerre mondiale. J'ai déjà investi dans des albums de littérature de jeunesse pour aborder ce thème. Très beaux albums d'ailleurs. 

Il en est ainsi des fins d'année. On finit celle en cours mais on se projette déjà dans la suivante. 

Posté par phany à 11:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


16 juin 2018

Stress de fin d'année ( scolaire)

Ah ces mois de juin et de juillet s'énoncent assez forts en émotion
Non, non, je ne parle pas de la coupe du monde de foot, même si à l'heure où j'écris mon mari est devant la télé avec ma fille.

Tout d'abord mon fils a eu 18 ans le 4 juin dernier... qui dit 18 ans dit aussi permis de conduire. Qui dit permis de conduire, dit voiture et avant : cours de conduite. On va passer pour quelques semaines,avant le permis, en conduite supervisée (en espérant faire des économies de cours de conduite). Mais cela implique de contacter les assurances. Nous avons une boîte automatique et cela s'avère donc peu profitable pour mon fils de conduire avec notre véhicule. Du coup, j'ai pensé au véhicule de ma mère (qu'elle n'utilise pas) mais il faut contacter les assurances (pas si simple en ce moment au regard des intempéries).

18 ans, c'est aussi l'âge du bac. Et oui ... et les épreuves commencent lundi prochain :

lundi matin philo

mardi matin histoire géo

mercredi après-midi anglais

jeudi matin physique chimie

vendredi matin math et espagnol l'après- midi

lundi 25 après midi : svt.

Semaine bien remplie.

Fiston n'est pas commode en ce moment. Certainement une façon d'évacuer son stress. On prend sur nous, croyez-bien.

D'autant que nous n'en n'avons pas fini de stresser en juin, juillet. 

L'année dernière mon fils passait le bac de français et ma fille son brevet des collèges. Cette année fiston  passe son bac et Léanne se repose. Mais les années suivantes ce sera à nouveau bac pour Léanne... et validation des études supérieures pour fiston.

Il faut que l'on s'habitue.

En juin, le 28 il y a aussi mon rdv à Curie. Je préfère ne pas en parler car j'y pense de plus en plus et y penser n'arrange rien et m'angoisse par ailleurs.

Le 6 juillet ce sera le résultat du bac, si rattrapage ils se feront les 9 et 10. 

Et le 7 juillet au soir nous fêtons en famille et amis les 18 ans de Clément (pas d'autres dates possibles).

Un stress en moins il a obtenu une réponse positive sur parcours sup et est déjà sûr d'être admis dans un établissement pour son futur BTS audiovisuel. Ce n'est pas l'établissement qu'il espérait mais c'est mieux que rien. Il reste sur liste d'attente sur deux autres lycées, mais maintenant tout se décantera après le bac.

Voilà... j'adore les prochains jours à venir.

 

Posté par phany à 12:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 mai 2018

Ne pas se laisser faire.

Et voilà, comme prévu suite à la lenteur de la gestion de mon retour au travail, par le comité médical, mon salaire d'avril et ceui de mai vont se retrouver amputés de plusieurs euros (un mois payé à mi-traitement). Bien entendu, trouvant cela complètement injuste, j'essaie de faire valoir mes droits. Pourquoi devrais-je être pénalisée financièrement à cause d'un dysfonctionnement administratif. Cela ne s'annonce toutefois pas si simple. J'ai contacté les syndicats, qui me conseillent d'écrire une lettre à mon inspecteur d'écadémie. Je vais le faire, mais je vais peut-être aussi prendre contact avec certains conseillers juridiques. En fait c'est pour moi une question de principe. Je n'ai pas envie de laisser passer cela., ce serait trop simple.
Je vais aussi certainement faire appel à ma mutuelle pour combler en partie la perte de mon salaire, en attendant que l'éducation nationale accède à ma demande (ce qui me semble néanmoins fort improbable).

Affaire à suivre.

 

 

Posté par phany à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

28 mai 2018

D'une vie à l'autre.

Des pensées diverses aujourd'hui. Pas toujours très gaies.

Lorsque j'ai appris que j'étais malade, peu de temps après, une élève de CE2 que j'avais eue l'année précédente, me confiait que sa maman avait aussi un cancer du sein. Lorsque nous nous croisions, lors de mes visites à l'école, je prenais des nouvelles. La dernière fois, Laetitia, me disait que sa maman était à l'hôpital.

J'ai croisé Laetitia la semaine dernière en traversant le couloir, mais je ne lui ai pas demandé comment allait sa maman. Trop de monde, trop de bruit.

Ce matin, j'étais dans la cour et je discutais avec ma collègue. Nous parlions de la fête des mères et elle m'expliquait que cette année, elle n'avait rien fait " à cause " de Laetitia. Je suis restée interloquée. Et c'est là que j'ai compris et appris que la maman était morte il ya quelques semaines, laissant derrière elle 4 petites dont la plus âgée est au CM2.  Je ne sais pas si mes collègues ont "oublié" de me le dire ou si simplement, elles n'ont pas osé.

Cette nouvelle me trotte dans la tête depuis ce matin. Je suis peinée pour ses filles, et cela ravive aussi ma propre peur. 

Je mesure ma chance, d'être là, d'avoir été soignée. Je sais que chaque cancer est différent. Mais je ne peux m'empêcher de me demander : et si il revenait ? Serait-il plus fort ? Arriverai-je encore à le vaincre ?

J'essaie de relativiser. Je sais que cette maman partie trop tôt avait aussi tardé à se faire soigner. 

Mais je constate, qu'il n'est pas aisé de tourner la page et que le temps aidant, je commence à réaliser.

Posté par phany à 16:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2018

Fêtes des mères

Phrase du jour de mon fils (presque 18 ans) à propos de la fête des mères : "Je ne vois pas pourquoi on vous fait une fête alors qu'à part accoucher, vous n'avez pas fait grand chose d'autre". Quel humour ! Que pourrait-on dire alors de la fête des pères ?

Posté par phany à 07:50 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2018

Rentrée

Deux matinées passées, deux fois 3 heures en classe et je suis ravie. Les élèves sont plutôt sympathiques et d'un bon niveau. C'est un plaisir. 

Je me réhabitue doucement au bruit (et encore je n'ai pas encore fait de surveillance de récréation). Je me réhabitue aussi à parler beaucoup. Cela faisait bien longtemps.

En plus la météo est agréable, alors j'en profite pour aller à l'école à pieds, avec mon sac en bandoulière, mes cahiers ou mes affiches sous le bras.

N'avoir que deux matières (mathématiques et français) à préparer est aussi un plaisir. Je pioche dans mes preps des années précédentes, mais pas que ... Réfléchir à nouveau sur le pédagogique, retrouver l'envie. C'est un pur bonheur !

Posté par phany à 17:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :