jardin secret

18 février 2020

Lecture

Je persiste sur le sujet des livres.

Après les deux derniers livres présentés ici, j'ai dévoré celui-ci.

C'est aussi une histoire de femmes.

Toutes blessent, la dernière tueJe n'ai réalisé qu'en le refermant, une fois fini, qu'il avait été écrit par une femme. L'histoire était si sombre, si dur que naïvement (et peut-être avec quelques préjugés) je la pensais écrite par un homme.

Un thriller qui nous tient du début jusqu'à la fin. Dur, douloureux, parfois inimaginable. Et pourtant le sujet initial est bel et bien réel malheureusement.

A lire et on en rediscute.

 

Posté par phany à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 février 2020

Femmes mises à l'honneur

https://images.fr.shopping.rakuten.com/photo/le-bal-des-folles-format-broche-1382519515_ML.jpgA la lecture de ce livre, on ne peut s'empêcher de constater que la condition des femmes s'est sensiblement améliorée depuis le 19 ème siècle, même si il reste encore beaucoup à faire.

Un livre que j'ai dévoré.

 

Et pour une autre lecture sur les femmes, un joli livre également :

Image result for les victorieuses

Posté par phany à 17:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2020

De la lecture en photo

My Absolute Darling de Tallent Gabriel Format Beau livre Beaucoup d'avis positifs sur ce livre. parfois il faut s'en méfier. Parfois. Dans le cas présent ils sont mérités. 

J'adhère surtout à cette remarque : " Ce roman appartient à la famille de ces livres impossibles à oublier." Bruno Corty, le figaro littéraire.

On ne sort pas indifférent d'une telle lecture.

 

Après ce livre, j'ai choisi celui ci : L'histoire d'un cœur qui apprit à battre.

je ne l'ai pas encore terminé. La transition a été "brutale".

Passez de "My absolute Darling" à celui-ci c'est comme goûter tour à tour un citron et un sucre.

Pour le moment après la dureté du premier livre, je savour la douceur de celui-ci.

 

Et pour finir en douceur aussi une photo que j'espère toute douce, pour traduire mon amour des mots.

P1140153 (2)

 

25 janvier 2020

Microbes en vue

Ma dernière note parlait d'une sensation de fatigue avec gros psychotage.

Cette semaine on ne parlera donc que de grosse fatigue avec arrivée de microbes et sans psychotage.

Mercredi matin, j'avais une animation pédagogique. Départ 8 h 30 et covoiturage pour arriver au lieu de l'animation. Pas une grosse forme. Plutôt une grosse toux et la tête en vrac.

Je rentre, je croise la conseillère pédagogique qui me regarde en disant : "C'est pas la grande forme ". Ce en quoi je lui réponds que si je lui suis absente demain, elle saura pourquoi.

Mes collègues m'ont ramenées à la pause de l'animation.

J'ai dormi une bonne heure entre frissons et quinte de toux. Pas top top.

Trop mal pour aller en classe jeudi. Je larve plus ou moins à la maison et espère un retour à la normale pour le lendemain.

Dans l'école : 3 collègues absentes  sur 8 classes (dont moi) et une seule remplacée. Galère pour celles qui résistent encore aux microbes.

Je me persuade que vendredi, j'irai mieux. C'est bien la persuasion, mais pas toujours efficace.

Jeudi soir, je sens un super mal de gorge arriver... le truc qui arrache et qui te fait maudire ton amoire à pharmacie vide de strepsil ou autres pastilles à sucer. J'évite autant que possible de tousser car c'est pire.

Au passage, notons l'effet de la toux sur les renforcements abdominaux.

Nuit de jeudi à vendredi très très bof.

Au réveil : toujours mal à la gorge, plus de voix... une sorte de petit filet qui tente de sortir pour parler.

Fatiguée, en vrac, je capitule : toujours pas d'école.

Mon mari prend rdv pour moi le soir chez le médecin (va prendre un rdv quand tu ne peux plus parler).

Je me rendors jusqu'à 10 heures, je me décide à passer à la pharmacie car si je n'ai pas mes strepsils, je vais faire un malheur.

Début d'après, je dors.

Fin d'après-midi je dors.

Mon médecin sort direct le traitement de cheval. Il faut dire que mon mari était malade juste avant.

Belle synchronisation : il reprend le boulot, quand je m'arrête.

Aujourd'hui, c'est plutôt moyen mais bien mieux qu'hier.

Je compte sur dimanche pour être au top.

 

 

Posté par phany à 16:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

19 janvier 2020

Allons bon !

Je me suis un peu perdue cette semaine. J'ai eu du mal à être rationnelle et factuelle. Bref, j'ai angoissé.

Fatigue, douleurs diverses et variées et me voilà dans ma tête avec une récidive de cancer du sein, voire une atteinte des poumons.

Je crois que l'approche de la date "anniversaire" des trois ans n'est pas pour rien dans cet état... mais pas que... car mes petites douleurs persistantes sont bien là, même si elles ne sont pas insupportables. Il faut croire qu'à force d'entendre mon chirurgien et mon oncologue me répéter d'être vigilante, je suis devenue "sur vigilante".

J'ai pris l'initiative libératrice d'aller voir mon généraliste. très compréhensif d'ailleurs. Il faut avouer que je ne vais pas le voir souvent, donc quand il me voit c'est que j'ai une raison (imaginaire ou pas, mais une raison).

Prise de sang faite hier et tout est ok, sauf toujours ce taux de leucocytes trop bas.

Il m'a prescrit une écho mammaire pour vérifier  même si il n'est pas inquiet ( je pense que c'est plus  pour me rassurer moi en fait).

Mon centre de radiologie que j'ai contacté, préfère me faire l'écho et la mammo en même temps quitte à avancer celle-ci de deux mois, plutôt que de faire une écho puis une mammo deux mois après. Bon, ça peut se comprendre et c'est parfaitement justifié. RDV pris pour début février.

Et maintenant, j'ai presque "honte" d'avoir tous ces examens... oui, oui, je ne suis pas très "stable" en ce moment :).

Je suis sortie soulagée de mon rdv avec le généraliste. Il fallait, je crois que ça sorte toutes ces angoisses. Un psy aurait-peut-être eu le même effet.

J'ai toujours néanmoins ces petites douleurs qui me questionnent (mais plus tranquillement depuis les résultats de la prise de sang).

Je crois que je commence à mettre des mots dessus : un gros brin d'angoisse pour certaines. 

 

Je dédramatise en me disant que c'est un passage normal, que je ne suis pas devenue hypercondriaque. 

Objectif des prochains jours : tenter de multiplier les moments de détente ( ce qui, avec les livrets scolaires que je dois remplir cette semaine, ne va pas être très simple). Mais je vais bien y arriver (surtout si je me motive pour avancer ces fichus livret aujourd'hui...).

Posté par phany à 16:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


01 janvier 2020

Premier jour

Et voilà, tous les ans c'est pareil. On change la fin des dates. Les premiers chèques seront encore signés avec 2019, tant l'habitude est prise... et puis on adoptera 2020. C'est facile 2020 deux fois 20.

Une fois de plus pas de bonnes résolutions pour moi. Non pas que je sois une femme parfaite, mais je n'aime pas ce "système de bonnes résolutions". Voilà c'est dit.

Je lisais sur un blog, que 2020 serait ce que nous en ferons. C'est tellement vrai. Alors faisons-en quelque chose de bien avec nos moyens !

Pas de retour en arrière non plus sur 2019. Des bons moments d'autres moins, comme la vie en générale.

Depuis quelques jours, comme le soleil est là et le froid avec, je sors davantage avec mon appareil photo. Et comme dans la maison, mon mari cultive quelques microbes hivernaux proche de la grippe, je préfère imaginer qu'emporter au froid les microbes tentant une intrusion dans mon organisme les tuera de suite.

Le réveillon fut tranquille... à deux. Un film et au lit sans attendre minuit.

Notre repas prévu à 6 a été annulé (toujours à cause des fameux microbes). Il sera reporté à vendredi si tout va bien. Qu'importe au final qu'il ait lieu le 31 ou le 3 janvier, l'important ce sont les amis réunis et la bonne humeur.

Fiston était chez des potes sur Amiens et Fillette a reçu une invitation de dernière minute.

Et voilà... nous avons "réveillonné" simplement et c'est très bien aussi. Je voulais sortir ce matin, mais le temps est humide et froid. J'attends et espère un rayon de soleil.

Oh, j'allais oublier :

Très bonne et heureuse année 2020. Des grands et des petits bonheurs !

Posté par phany à 10:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

31 décembre 2019

Vers 2020

Larguons les amarres de 2019 et soyons prêts pour 2020.

P1090501

Posté par phany à 16:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 décembre 2019

les liens

La vie est faite de liens. Des liens que l'on découvre. je ne parle pas de liens amicaux, mais de ceux que l'ont fait entre les choses. Quand les pièces du puzzle semblent s'imbriquer et que l'on commence à percevoir certaines choses.

Le hasard n'a pas toujours sa place.

Je vais situer mes propos. Je parle de liens littéraires, d'affinités vers un auteur... enfin plutôt vers les mots d'un auteur.

Je suis tombée (comme beaucoup) sous le charme des livres de Boris Vian lorsque j'étais ado. "L'écume des jours" bien sûr mais aussi "J'irai cracher sur vos tombes" ... J'ai écouté ses chansons, lu ses poèmes. Il faudrait d'ailleurs que je retrouve ce petit recueil de poésie que j'avais.

Mon mari m'a offert pour mon anniversaire un magnifique livre : Boris Vian, 100 ans. Le livre anniversaire.

Je le lis progressivement.

Dans les premières pages, je découvre que le parrain du centenaire est Mathias Malzieu. Et oui, cela me paraît évident.

Son livre "La mécanique du coeur" m'avait semblé tellement proche de l'univers de Vian.

J'aime cet auteur. Et je fais le lien.

Je me dis que lui et moi (et des millions d'autres) avons des goûts littéraires communs. Nous aimons Vian, j'aime lire Malzieu. J'avais adoré "Journal d'un vampire", roman autobiographique et pour le coup très dans le réel.

Alexia Guggémos et Nicole Bertolt - Boris Vian 100 ans - Le livre anniversaire.

Posté par phany à 21:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 décembre 2019

un peu de tout

C'est compliqué de venir ici, sans parler de ma principale préoccupation, mais c'est aussi un sujet que j'aborde bien trop souvent. Moins depuis quelques temps car je n'ai pas envie d'en parler. Du coup, le silence l'emporte.

Inutile de vous dire si c'est mieux ou pas, je n'en sais rien. 

Alors pour ce soir, je joue la fuite ou le contournement, appelez cela comme vous voulez.

Fillette est dans sa chambre. Je suis devant mon ordi.

Petit mari vient de déposer fiston à son logement étudiant et fait maintenant le "voyage"retour en voiture.

Pas de train = pas moyen de revenir à la maison pour fiston, alors ce wk nous sommes allés (enfin, petit mari) est allé le chercher... et l'a raccompagné. Ce soir ce sont les bouchons qui ont en plus été de la partie.

Ma hotte de père Noël se remplit doucement même si tous les achats n'ont pas encore été faits. Disons qu'ils le seront pour le 25. Il faut y croire.

Le sapin a été acheté et décoré aujourd'hui.

Dernière semaine de cours avant les vacances.

Il pleut quasi tous les jours. et quand le soleil pointe le bout de son nez, je n'arrive pas à en profiter.

Soirée crêpes hier avec ma belle famille.

J'ai re soufflé mes bougies.

Maintenant c'est terminé ! Ouf !

On remettra ça l'année prochaine.

Ma fille semble enfin savoir vers quelle branche d'étude se diriger. On progresse c'est une bonne chose. Elle veut faire psycho. J'ai un peu peur car les débouchés sont limités, mais comme il semble que ce soit à l'heure actuelle la seule chose qui l'attire, autant y aller. Elle a rencontré hier une étudiante en psycho (niveau master), elle a discuté aujourd'hui avec une psy sur le métier. Bref, elle avance doucement.

Fiston veut tenter le concours d'entrée à Louis Lumière. Ecole très sélective. Il verra aussi. 105 euros demandés pour s'inscrire au concours... c'est pas beau ça. On commence la sélection là où on peut. Heureusement 53 euros pour les boursiers.

Que dire de plus ?

Rien.

Voilà je vais finir sur rien. C'est bien ça 'rien". ça repose !

Bonne semaine !

 

 

Posté par phany à 22:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 novembre 2019

La vie ...

Les jours filent, un peu moroses, météo oblige...

Le temps passe happé par le travail quotidien et la routine.

Novembre passe.

Novembre ce fut les 17 ans de ma fille, les 70 ans de ma mère et les 95 ans de ma grand-mère... sans compter d'autres amies d'ici et d'ailleurs, dont une qui se reconnaîtra en lisant ces lignes.

Décembre arrive toujours en avance... les jouets, les décos de Noël sont déjà sortis depuis si longtemps dans les magasins. Je n'aime pas cette anticipation excessive. La période des fêtes ne me gêne pas, au contraire, mais pourquoi toujours vouloir tout devancer ?  Mais c'est un débat plus commercial qu'autre chose.

Mercredi dernier, pour ajouter à la morosité de la semaine, nous sommes allés aux obsèques du papa d'une amie. Je ne connaissais pas le défunt, mais je suis toujours si émue par la peine de ceux qui restent. Je n'ai absolument pas aimé les paroles du curé. Il faisait son job, sans humanité. Plutôt en prêcheur de foi. Entendre 5 fois voire plus au moment de la cérémonie que non, Michel n'est pas mort, que c'est une bonne nouvelle, m'a laissée plus que perplexe. Une bonne nouvelle ? ! J'entends bien ses explications, la vie éternelle etc... mais j'y suis hermétique.

Suis-je croyante ? A lire mes mots, je crois que la réponse est non. Toujours aussi pragmatique, je me dis que je verrai bien à ma mort si Dieu existe. Et puis comme Dieu n'est que miséricorde, il m'accueillera en son Paradis, malgré tous les errements de ma vie terrestre.

Au final, seule les mots que Cécile (mon amie) a adressés à son père m'ont touchée et ont rendu (à mes yeux) humaine cette cérémonie.

Les avis furent partagés à la sortie... certains rejoignaient ma position, d'autres non. (Je n'en ai pas discuté cela aurait été déplacé avec la famille proche). Un ami, qui a perdu son père il y a quelques années, se demandait quant à lui pourquoi les gens s'infligeaient dans ces moments déjà si douloureux, la peine de lire un texte personnel et de s'exposer ainsi aux larmes et à la douleur.

Nous vivons tous les enterrements différemment.

Toujours est-il que je me pose des questions sur mon propre enterrement (Le plus tard possible, bien sûr). Je trouve l'industrie de la mort affreuse et onéreuse. A quoi bon un cercueil capitonné qui coûte les yeux de la tête, pour dormir pour l'éternité ?

Je disais à mon mari, que je voudrais des petits fours et du champagne autour de mon cercueil... et des coquelicots quand ce sera la saison.

Mais la question véritable est de savoir pour qui on fait l'enterrement ? Pour le défunt ou pour la famille pour l'aider à surmonter sa peine ?

Si je réfléchis bien, quand je serai morte, que m'importera si le curé dit 5 fois " C'est une bonne nouvelle", si les coquelicots ne poussent pas autour de ma tombe, si mon cercueil sera rose bonbon ou jaune fluo... seule m'importera le fait que ma famille puisse avancer et que ce moment d'au revoir soit conforme à leurs souhaits.

 

P1080792 (2)

 

Il est des notes que je commence sans trop savoir ce que je vais écrire et qui me surprennent parfois. Celle-ci en fait partie. Je rajoute ces quelques lignes car comme toujours je n'aime pas finir sur des choses trop tristes ou négatives.

J'ai mis une photo que j'avais prise en juin dernier lors de mes "promenades" au cimetière (lieu apaisant au possible). Les coquelicots sauvages étaient de sortie.

Il me reste encore à trouver un titre pour ce message.

C'est toujours compliqué à mon sens. Trouver les mots qui résument tout.

 

Posté par phany à 11:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]