jardin secret

02 mai 2021

Légèreté

ak1

P1290473 (3)

P1300217

Quand les photos sont plus légères que les mots.

Posté par phany à 18:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


16 avril 2021

Le refus du bonheur

Croyez -vous que certaines personnes s'autopunissent consciemment ou inconsciemment et de fait se refusent à être heureuses ? Comme si le bonheur se méritait... comme si la maladie était une punition ?

Cela me frappe de plus en plus quand je vois ma mère. J’ai vraiment l’impression, qu’elle est dans ce fonctionnement.  C’est troublant, c’est angoissant. Qu’est- ce qui fait qu’une personne peut s’enfermer à ce point dans ce système d’autopunition ? Et comment l’en faire sortir ?

Est-ce la maladie qui engendre cela ou au contraire, est-ce que la résurgence des périodes de dépression ( avec tous les troubles colatéraux qui se développent dans ces moments), ne sont qu’un système inconscient de punition ?

Vastes questions.  Il faudrait que je trouve des livres pour me documenter.

Posté par phany à 17:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

14 avril 2021

BRRR

Je suis toujours dans mes promenades matinales et en ce moment le marin, il fait froid... parfois très froid.

Près de chez moi, il ya un champ de tulipe, où la cueillette est libre (moyennant 50 c la tuliepe à verser dans une petite tirelire). J'y suis allée ce matin...Pauvres tulipes. le froid les a bien fait souffrir.

P1280338 (2)

P1280371 (2)

P1280420 (2)

P1280369 (2)

On aurait dit des esquimaux glacés !

Posté par phany à 19:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

07 avril 2021

Plaisir matinal

Il fait parfois bon de renouer avec les plaisirs simples de la vie.

Pour moi : promenade matinale avec l'appareil photo. Les matinées sont fraiches mais la lumière est belle.

A regarder la vie à travers l'objectif, on voit les choses sautrement.

n et b copie

triptyque 2

triptyque

P1270988 (2)

P1270795 (3)

Posté par phany à 18:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 mars 2021

Eternel recommencement

Alors me voilà confinée sans vraiment l'être et avec un couvre-feu raccourci d'une heure. J'avoue que je ne comprends plus trop et que je commence à me mélanger les pinceaux. Mais je ne suis pas là pour faire des polémiques sur un sujet largement débattu ailleurs. Je constate, c'est tout. 

J'ai franchi ma région hier pour aller dans une autre région confinée. A bien y réfléchir, je dois être maso. J'ai attendu monsieur France télécom qui a rebranché le fil du téléphone chez ma mère, fil qui pendouillait dans le jardin. Ne me demandez pas comment cela est arrivé exactement, je ne sais pas. Là aussi je n'ai pu que constater.

Je constate aussi que le téléphone ne marche toujours pas. Problème non résolu, mais je ne désespère pas.

Nous avons chargé deux voitures de cartons et de petits meubles.

J'ai fini la journée de samedi, un brin fatiguée.

Je crois que mes dernières vacances passées en grande partie à ranger, la reprise, l'état de santé de ma mère, la vente de la maison... tout cela a généré trop d'émotions.

Sans compter le petit passage au centre de radiologie pour ma mammographie annuelle. Indéniablement, même si j'ai moins psychoté que d'autres fois, j'ai quand même psychoté. Quand la manipulatrice est sortie de la pièce avec dans la main un papier bleu et un autre rouge, je ne suis demandé si il y avait là une raison quelconque. Si raison, il y avait je l'ignore mais l'essentiel est que mes seins sont "parfaits". Cet adjectif vient de moi. Ce n'est pas ce qui est dit dans le compte rendu, mais je trouve qu'il résume bien la situation. Ras.

Donc fin d'un ascenseur émotionnel.

Vendredi le soir, l'agence immobilière a appelé. Un couple a fait une proposition pour l'achat... au prix demandé. Je ne veux pas encore m'emballer. La promesse de vente n'est pas signée et après il y a encore les dix jours de rétractation. Mais franchement, j'aimerais bien que cette histoire de vente se règle vite et bien. C'est qu'une maison de retraite ça coûte cher et encore plus pour une personne qui touche moins de 800 euros de retraite.

Croisons les doigts.

Je suis allée voir ma mère cet après-midi et contrairement à mercredi dernier, j'ai réussi à rester calme. A dire vrai je ne sais pas trop quelle attitude il convient d'adopter. J'ai plus ou moins  bien supporté les "j'en peux plus de cette vie" et les geignements. J'essaie de trouver un peu de compassion en moi. Mais il domine de la tristesse. Je sais que je me suis forgée une sorte de carapace pour ne pas me laisser atteindre. Parce que sans cela, ce n'est plus vivable. ça ne m'empêche pas d'être inquiète, mais j'ai compris mon impuissance à changer les choses quoique je dise, quoique je fasse. Alors je tiens le rôle que je me suis donné : l'éternel petit soldat optimiste ! Ceci dit, je sais que ça va aller mieux, comme toujours. Les seuls inconnus sont : quand et pour combien de temps.

Je l'ai accompagnée jusqu'à la salle de restauration à 4 heures. On a pris de l'avance. Marche très très lente. Nous avons été rejointes (mais pas dépassées je tiens à le souligner) par une cohorte de déambulateurs guidés par des petites dames en bien meilleure forme que ma mère bien que plus âgées.

Je suis rentrée chez moi, vers 16 h 30, l'heure d'un petit thé. J'ai rebossé un peu, j'ai un peu glandouillé sur internet.

Je vais maintenant aller bouqiner le dernier livre de Delphine De Vigan et faire un gros dodo en espérant ne pas me réveiller en pleine nuit avec le cerveau branché sur ma mère ou sa maison. On verra bien.

Bonne soirée et bonne semaine.

Posté par phany à 21:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


14 mars 2021

Long message !!

J'ai un petit rituel le wk, en dehors des courses, du café avec le petit morceau de chocolat, du travail pour la classe et de la visite à ma mère... je vais sur le blog d'une amie virtuelle de longue date. J'admire sa capacité à faire le point sur sa semaine passée, à mettre en avant les plus et les moins. On sent que ce "travail" d'écriture lui est nécessaire. Je viens justement d'y "faire un tour".

Tous les gens qui tiennent des blogs dans lesquels ils livrent une partie de leur vie, ressentent l'importance de l'écriture, mais nous le faisons tous différemment. Cela peut être une impulsion, comme une habitude.

Je sais que je délaisse ce lieu ces derniers temps. Ce n'est pas si grave. Ce sont des phases. Pour autant, je ne pourrais pas dire que je n'ai pas besoin d'écrire.

Je viens d'ouvrir le tiroir de mon bureau à la recherche de mon carnet intime bleu. Derniers écrits le 24 décembre 2020... Cela veut tout dire, ou ne rien dire en fait.

Que feront mes enfants plus tard de tous ces carnets ? Je crois que je les confierai plus volontiers à ma fille. Je la pense plus capable de comprendre ce que j'y écris, que personne d'autre. Peut-être parce que c'est une femme, peut-être parce que je la sais ouverte et pleine d'empathie.

En même temps, vu que je délaisse mon carnet en ce moment, il n'y aura peut-être pas grand-chose à lire au final. Il faudrait que je laisse dans mon sac à main... c'est d'ailleurs pour cela que j'avais opté pour un format plus petit.

On verra.

Revenons au présent. Comme vous le savez, je suis dans le rangement chez ma mère, dans les cartons, dans le tri. J'ai donné les clés à l'agence mercredi dernier. La maison devrait être proposée à la vente dès la semaine prochaine. Je crois que dès qu'un premier acheteur potentiel se fera connaître, j'arriverai mieux à me projeter et à savoir combien de temps il me reste pour tout mettre en ordre. Pour le moment, même si j'ai bien avancé dans le "projet" je n'arrive pas à le finaliser dans ma tête.

Sinon, après une période plutôt sereine et douce (période de presque plus d'un mois), ma mère est à nouveau en rechute. Je retrouve exactement les mêmes "symptômes" qu'en février dernier avant sa dernière tentative de suicide : douleurs au ventre, constipation, vertige, manque d'appétit, maux de tête, mal à la mâchoire... La différence c'est qu'aujourd'hui, elle est en maison de retraite et plus chez elle seule. J'espère juste que l'établissement saura gérer cette situation, que je sens malgré tout assez nouvelle et déstabilisante pour eux.

Ma maman, petite personne d'1 m 50 s'est liée (quand elle allait bien) d'amitié avec un grand monsieur de 90 ans. En ce moment, elle se raccroche à lui... quand je ne suis pas là. Il est bienveillant et tente de faire de son mieux. Je crois qu'il ne réalise pas que son état risque de durer plusieurs semaines. Je lui ai dit de prendre soin de lui et de prendre du recul car je sais que soutenir une personne dans l'état de ma mère est psychologiquement épuisant.

Je vais aller la voir cet après-midi et je sais déjà que cela va être compliqué.

Je commence à être connue par certaines personnes âgées à la maison de retraite, outre Jean-Jacques le grand ami, il y a aussi Josette, petite dame de 80 ans. Cette dernière s'est fixée un objectif louable : apprendre à lire à une pensionnaire de 60 ans. Sachant que j'étais "institutrice" elle m'a demandé des conseils et des ouvrages. J'ai un doute sur la capacité de l'autre pensionnaire à apprendre à lire, mais Josette a l'air motivé, alors j'ai fouillé dans les armoires de l'école et je lui ai déposé des manuels et fichier de CP, mercredi dernier.

Changement de sujet.

J'ai opté pour une autre méthode vis à vis de ma sœur. Au lieu d'attendre qu'elle prenne des nouvelles par elle-même (ce qui est très rare), je lui envoie par texto, des messages réguliers sur l'état de ma mère, sur l'avancement des démarches pour la vente de la maison... cela fonctionne puisqu'elle m'a rappelée il y a 15 jours. J'avais commencé aussi quand ma mère allait bien en lui envoyant des photos de la maison de retraite, de moi et ma mère prenant le soleil sur un banc. Le genre de photos que j'aurais aimées recevoir quand elle allait voir ma grand-mère... et que je n'ai jamais reçues.

Ah ma grand-mère... je n'arrive pas à savoir si j'ai vraiment intégré le fait qu'elle soit décédée. Ma mère, et c'est un sujet récurrent dès qu'elle recommence à aller mal, regrette de ne pas l'avoir vue avant sa mort. Il est vrai qu'au regard de son état de santé, ses déplacements dans le sud étaient très rares ces dernières années. Pour ma sœur je sais que ce deuil est très difficile. Elles avaient toutes deux tissé des liens forts. J'en ai été exclue et j'en suis peut-être jalouse, un peu ... il faut bien l'avouer. Ma sœur me disait l'autre jour, qu'elle était incapable de remettre les pieds dans la maison de retraite de ma grand-mère sans pleurer.

Cela fait écho à la demande d'une de mes amies. Sa maman est décédée l'année dernière. Elle était dans la maison de retraite où est actuellement la mienne. Elle a été appelée par l'administration car ils avaient reçu du courrier au nom de sa mère. Elle m'a demandé de le récupérer car elle se sentait incapable d'y retourner.

Cela m'arrivera certainement aussi un jour.

Pour l'heure, j'ai rapporté à ma mère une photo de ma grand-mère pour qu'elle l'accroche dans sa chambre.

Que vous dire d'autres ?

J'ai rendez-vous vendredi prochain pour faire ma mammographie annuelle. Ce n'est jamais mon moment préféré car il fait toujours remonter quelques angoisses, mais bon, l'examen permet aussi de les faire taire. Cette année, j'ai mieux géré "la date anniversaire" de mon cancer qui remonte tout de même à 2017... il serait temps. Néanmoins depuis 2017, la journée de la femme le 8 mars n'a pas le même "impact" sur moi. Le 8 mars 2017, j'étais dans le service de réa (alors vide de tous cas covid) suite à mon pneumothorax. Au regard de mon état, j'aurais pu être dans un autre service (pneumologie ou cancérologie) mais faute de place j'avais été mise là avec tous mes tuyaux et toute la machinerie qui bipait la nuit. Et si je me souviens encore plus de ce jour-là précisément c'est parce que j'avais obtenu le droit d'aller me doucher (chose que je ne pouvais pas faire car mon tuyau était trop court pour que j'atteigne la salle de bain). C'est assez déprimant de faire pipi et autre dans un bassin et de ne pouvoir se laver qu'au gant de toilette. Bref, ce jour-là, les infirmières extra de ce service avaient rallongé mon tuyau pour que je puisse atteindre la douche ! Mais quel bonheur ! Vive la journée de la femme ! Même si l'image que me renvoyait la glace de ma tête et de mon corps était peu flatteuse.

Je m'étonne en me relisant de voir comment je passe d'un sujet à un autre ! Je crois que je brasse dans cette note tous les "points" qui me restent à régler dans ma vie, tout ce qui à un moment donné m'a perturbée, blessée, meurtrie... toutes mes cicatrices. Certaines encore bien ouvertes, d'autres fermées et d'autres en voie de l'être.

Posté par phany à 13:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 mars 2021

Occupée

Toujours peu présente, mais il faut dire que je suis bien occupée. Entre les contacts avec les agences immobilières et les cartons que je tente d'avancer chez ma mère.

Les premiers jours je ne savais pas par où commencer. Maintenant ça va mieux. Le plus compliqué étant de ranger sans tout étaler afin que la maison reste visible.

Allez une petite photo de ma chambre de jeune fille... avec quelques changements (il n'y a vait pas de chaise bébé à l'époque par exemple ...)

20210303_094140(2)

 

Posté par phany à 16:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 février 2021

petit retour.

Je confirme...longue absence.

Tout va bien, mais l'envie d'écrire n'est pas là. La routine, le boulot dominent en ce moment. Le temps libre est mis de côté.

Cependant l'envie de me ressaissir de mon appareil m'a titillée aujourd'hui. Je suis sortie bonnet sur la tête cet après-midi. J'ai arpenté un sentier forestier. Un monsieur m'a fait sursauter alors que je prenais une photo au ras du sol, simplement en me disant bonjour. Il s'en est excusé. J'ai souri. Il a dû se dire qu'il m'avait fait extrêment peur lorsque j'ai pris un autre sentier. Ceci dit, le bonhomme un peu plus tard, qui a bifurqué en me voyant et qui m'a observée de loin, m'a bien plus inquiétée. De toute façon, je ne m'enfonce guère en forêt lorsque je suis seule. J'aurais pu opter pour les étangs, mais par ces journées ensoleillées, il ya bien trop de monde à mon goût.

P1270007 (2)

Petit photo pour illustrer une étape dans la vie de ma fille : l'obtention du permis. Elle l'a passé la semaine dernière, a eu confirmation de son succès en début de semaine et n'a pas attendu bien longtemps pour partir en vadrouille avec sa "nouvelle" voiture. Enfin nouvelle... tout est relatif. Nous avons récupéré celle de ma mère. Parfait pour se faire la main. Elle est déjà en mode rayures et bosses.

Après mon escapade forestière, j'ai bossé pour l'école (travail encore incomplet), puis je me suis lancée dans une autre série de photos.

J'avais vu l'idée sur un groupe de photo. je n'ai pas le talent du photographe initial, mais j'aime assez.

P1270384 (2)

P1270448 (2)

P1270449 (2)

P1270459 (2)

P1270463 (2)

Il me reste à déterminer celle que je préfère pour l'envoyer demain à mon chéri. J'ai déjà fait un gros tri parmi toutes les photos prises.

J'ai aussi photographié les feuilles morte du sous-bois, mais il faut aussi que je fasse une sélection "poubelle". J'aime ces feuilles qui finissent par ressembler à de la dentelle.

P1270069 (2)

Encore une semaine de boulot avant les vacances. Mes vacances seront occupées à recontacter les agences immobilières pour la maison de ma mère, et à faire du tri et des cartons.

Ma mère va bien. Elle s'est bien habituée à la maison de retraite, elle a trouvé son rythme. J'espère que cela va durer.

J'irai la voir demain après-midi. J'ai hâte que les résidents puissent enfin sortir. Faudrait que la situation sanitaire se calme un peu.

Posté par phany à 18:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

02 janvier 2021

En avant... 2021

Allez, une bonne chose de faite. Symboliquement, on tourne le dos à 2020. Moralement, on a l'impression que l'on va enfin avancer... dans les faits, on continue comme avant, rien n'a changé.

J'ai hésité cette année à adresser mes bons voeux. Quand on voit à quoi ça a conduit l'année dernière, à quoi bon... Mais il faut croire que je suis polie (même si il a été démontré que je disais de temps à autre, quelques gros mots).

Cette deuxième semaine de vacances aura passé bien vite. Le temps fut moins pluvieux donc j'ai pu sortir davantage et reprendre quelques photos.

Je suis allée également voir ma mère régulièrement. Comme d'habitude, il y a eu des jours avec et des jours sans. Ces changements d'état se gèrent davantage au jour le jour en ce moment. Parfois ce sont des jours de larmes, et d'autres fois le sourire revient. Il suffit d'un petit grain de sable dans l'engrenage pour que son humeur varie et que la négativité revienne.

Mercredi dernier, lorsque nous sommes allées la voir avec ma fille, rien n'allait... l'apocalyspe était aux portes du monde, sa vie fichue et encore bien trop longue. Nous l'avons laissée au moment du goûter. Nous sortions de sa chambre lorsque l'animatrice a débarqué de l'ascenseur avec un chariot sur lequel trônait un énorme gâteau et diverses bouteilles (alcool y compris) pour fêter les centenaires de l'année.

Elle est partie de son côté et nous du nôtre, avec notre moral un peu en berne...

Et jeudi fut un autre jour, et vendredi lorsque je suis revenue tout allait mieux.

Sur sa table, un petit carnet ouvert. Je n'ai pu m'empêcher de le lire ... et de le prendre en photo. Je ne sais pas si c'est bien au pas (de lire et de prendre en photos ses écrits) mais pour ma part, lire des choses positives est important. Apprendre qu'elle avait dansé lorsque nous sommes parties mercredi est une petite pétite.

20210102_170013

 

20210101_144620

 

20210101_144553

 

Posté par phany à 17:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 décembre 2020

Semons l'esprit de Noël

Il n'est pas simple à trouver l'esprit de Noël...enfin pour moi. Ceci dit en faisant mes courses alimentaires, ce matin,  pour un petit repas à 4 du 25 décembre, j'ai bien vu que Noël approchait à grand pas.... que de monde !

J'ai fini mes derniers cadeaux mardi... sachant que je ne les ai commencés que lundi, je ne m'en sors pas trop mal.

Il faut dire que les cadeaux pour les enfants étaient déjà arrivés. Fiston se délecte de livres et de musique. C'est assez rigolo de voir les ouvrages qu'il a choisis. C'est très hétéroclite. Les choix de Fillette sont plus variés, parfois aussi plus futiles.

Demain soir nous irons réveillonner avec ma belle maman. Nous serons 5 et nous nous tiendrons à distance en gardant les masques au maximum.

Pour vendredi, j'ai proposé à ma petite famille que nous nous fassions le soir un petit apéro dînatoire, avec des choses simples mais bonnes.

J'irai voir ma mère dans l'après-midi. Les résidents qui n'ont pas eu la covid, peuvent sortir mais au retour c'est confinement dans la chambre. La période est déjà assez morose comme ça et son adaptation compliquée pour qu'on ne rajoute pas à cela un isolement forcé.

Je vais finir cette note avec quelques photos plus dans l'esprit de Noël.

P1260348

P1260371 (2)

P1260330 (2)

 

 

 

Posté par phany à 16:51 - - Commentaires [13] - Permalien [#]