jardin secret

16 janvier 2019

Super mamie

Dois-je la qualifiée de super héroïne ou de douce inconsciente. Sûrement un peu des deux.

Ma grand-mère est dans sa maison de retraite depuis un peu plus d'un an maintenant. Elle semble s'y plaire et pourtant cela fait deux fois que super mamie fait une fugue nocturne. 

La première fois c'était en juillet. Elle avait réussi à sortir en fin de soirée en chemise de nuit de la maison de retraite. Elle retournait paisiblement vers son ancien "chez elle" lorsqu'elle a croisé un couple, qui l'ayant reconnue, a fait le nécessaire pour la ramener vers la maison de retraite. A son retour, elle s'est fait passer un savon par la directrice de l'établissement. Ce en quoi ma gentille grand-mère a répondu " Que tout de même, on allait pas en faire tout un plat ! ". Après cela le système "anti-fugue" a été renforcé. Il faut dire que si la directrice  a "rouspété" ma grand-mère, elle a eu chaud "aux fesses". Cette fugue nocturne a mis en défaut leur système de surveillance. Et nul doute que nous aurions pu porter plainte, si nous avions été un tant soit peu procéduriers. Mais avouons-le... quelque part, je suis "fière" de ma grand-mère et cette petite escapade estivale,qui a bien fini, m'a fait sourire.

Mais voilà qu'aujourd'hui, j'apprends, que super mamie fugueuse a remis cela ! Lundi vers 23 h 30, elle a enfilé son manteau, son écharpe et a pris de nouveau la poudre d'escampette. Il semblerait que dans ces moments là, elle se sente en super forme, et elle accomplit des prouesses physiques dont elle est bien incapable quand elle est en pleine conscience. Elle sait ce qu'elle fait, elle peut le raconter. Après,  dans sa tête c'est clair, mais c'est comme si dans ces moments là ses capacités étaient démultipliées. Aussi bien ses capacités motrices que celles liées à sa vision pourtant bien défaillante. Bref, elle est à nouveau sortie et cette fois elle est bel et bien allée jusqu'à son ancien appartement (heuresuement, c'est un petit village et le trajet est court). Elle a sonné et c'est le locataire qui a averti la gendarmerie qu'une invitée incogrue était à sa porte. C'est donc sous bonne escorte de gendarmes que ma chère grand-mère fut reconduite à la maison de retraite. Les gendarmes ont, semblent-ils, trouvé cette situation plutôt drôle et ma grand-mère de bonne compagnie.

Toujours est-il que la directrice de la maison de retraite, une nouvelle fois mise en défaut, ne l'a pas pris de la même façon. Il faut avouer que si la situation peut prêter à sourire, super mamie aurait pu avoir un accident et les températures hivernales ne conviennent pas aux fugues des plus de 90 ans.  Du coup, il a été décidé de la changer de chambre et de la placer dans le service alzeihmer qui bénéficie de plus d'encadrement (surtout la nuit !). Ma soeur a nénamoins négocié pour que dans la journée, ma grand-mère puisse manger à sa table habituelle et être en présence des autres résidents. Parce que ma super grand-mère fugueuse n'a pas alzeihmer du tout. 

Nénamoins, ces escapades restent étranges et ne semblent pas être le fait de somnambulisme nocturne. 

Donc, si une maison de retraite veut tester son système de sécurité, je lui conseille d'embaucher ma grand-mère. Car pour une mamie, à moitié aveugle, marchant avec une canne, elle est super super forte ma grand-mère et je l'aime très fort.

Posté par phany à 18:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


13 janvier 2019

Divers d'hiver.

Pour le moment, je me suis tenue à mes résolutions (oui, je sais en même temps c'est facile 12 jours après le nouvel an). J'ai pris le temps pour faire quelques photographies. Photos d'intérieur car le temps est trop pluvieux pour les promenades en extérieur... j'aurais peut-être dû acquérir des bottes en caoutchouc ! Oh oui, bonne idée !

Le père Noël m'avait offert un livre sur la photo, que j'ai complété par un autre livre du même auteur, qui propose des défis photographiques. Tout à fait ce qu'il me fallait. 52 défis. Je ne pense pas réaliser un défi par semaine.  Je vais aller à mon rythme. J'ai mis les premières photos sur mon autre blog, et je viens de créer une page sur flirckr

https://www.flickr.com/photos/155788526@N08/

Semaine de reprise. On replonge comme toujours vite dans le bain.

 

Tout autre sujet : ma mère.

Le lithium ne lui convenait pas, alors le psy qu'elle voit, lui a mis un autre médicament. Depuis quelques semaines elle revit. C'est vraiment le terme. Je savoure ces moments où l'avoir au téléphone ne génère pas une angoisse chez moi. Je me rends compte comment depuis plusieurs mois, voir apparaître son numéro sur mon portable, commençait à m'inquiéter. Ce sont (ou c'étaient) les rares moments de ma vie où je sentais poindre une véritable angoisse. 

Je ne sais pas combien de temps cette accalmie va durer. Alors je profite. Elle m'a dit qu'une de ces plus grandes angoisses quand elle était malade, était de penser qu'elle finirait sa vie dans un institut spécialisé. Sa deuxième angoisse était qu'il arrive quelque chose à sa mère durant ses périodes basses. Elle m'a aussi remerciée d'avoir été présente à ses côtés durant ces longs mois. Et ma foi, cela fait plaisir. 

J'apprends à apprécier ces doux moments de tranquillité. 

 

 

Posté par phany à 12:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 janvier 2019

envie = résolution

Je n'aime pas les bonnes résolutions. C'est toujours trop compliqué de les tenir.

Il faudrait que j'écrive quoi ? bien manger, moins boire, faire du sport ... Je ne pense ni manger mal, ni boire trop, ni ... bon ok une heure de sport par semaine, on peut faire mieux, c'est vrai... bon, on verra.

Non, je me disais juste qu'il faudrait que je retrouve le temps, même lors des semaines de boulot de faire des photos : ça me manque. 

26756254_1600271260059852_4083023890517885949_o

 

Je profite un peu de ces vacances pour combler ce manque. L'appareil a bien chauffé le premier et le deux. Cela me permet de regoûter aux joies des promenades en solitaire. Non pas que je n'aime pas les promenades à plusieurs, mais dans ces cas-là, je limite les photos. il n'y a rien de plus casse-pied que d'attendre le photographe qui traine derrière pour prendre mille et une photos. Je crois que pour moi, la photo est un temps solitaire.

Posté par phany à 18:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 janvier 2019

En images et en chansons

J'ai fini l'année 2018 dans une salle de cinéma.

Si les livres me transportent souvent, il arrive que certains films y parviennent aussi. J'ai eu des frissons, des larmes, j'ai tapoté du pied. Un moment de bonheur, des chansons plein la tête.

Image result for bohemian rhapsody

Une performance d'acteur.

une belle fin 2018.

 

Bonne et heureuse année 2019 à tous. 

Posté par phany à 10:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2018

Lecture finie

J'ai achevé la lecture du livre de Cali : Seuls les enfants savent aimer. Comme je l'avais pressenti dès la lecture des premières pages, c'est un beau livre, très émouvant. J'ai aimé l'écriture poétique, le sujet douloureux. Beaucoup de sensibilité dans ces mots. Un régal. Une douceur, malgré le sujet.

Paroles
La neige est tombée cette nuit
La neige c'est l'or des tout petits
Et l'école sera fermée
Seuls les enfants savent aimer
À la fenêtre j'ai chaud au ventre
La neige n'a pas été touchée
Dehors la rue qui se tait
Seuls les enfants savent aimer
Je passerai te prendre
Nous irons emmitouflés
Marcher sur la neige les premiers
Seuls les enfants savent aimer
Nous marcherons main dans la main
Nous marcherons vers la forêt
Et mon gant sur ton gant de laine
Nous soufflerons de la fumée
Nous ne parlerons pas
La neige craquera sous nos pas
Tes joues roses tes lèvres gelées
Seuls les enfants savent aimer
Mon ventre brûlera de te serrer trop fort
De là-haut le village
Est une vieille dame qui dort
La neige est tombée cette nuit
La neige c'est l'or des tout petits
Et l'école sera fermée
Seuls les enfants savent aimer
Songwriters: Bruno CALICIURI
Image result for seuls les enfants savent aimer cali livre

Posté par phany à 18:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


25 décembre 2018

Etrange Noël

Chaque Noël est différent; chaque ambiance est différente, souvent en fonction de l'année qui vient  de s'écouler.

L'année dernière, Noël avait revêtu pour moi une dimension particulière. C'était la fin d'une période physiquement et moralement difficile. Une fête de famille qui réunissait tellement de personnes m'ayant soutenue. Beaucoup d'émotion.

Hier soir, le réveillon s'est fait à la maison, avec ma belle famille. Une soirée douce et riante et une plongée dans les souvenirs grâce au visonnage de diapositives des années 1960, 70. Mon beau-père décédé en 2011, y apparaissait bien plus jeune. Je me suis dit que Michel avait été quelque part avec nous, tout au long de cette soirée. Doux souvenirs. Il n'y avait pas de tristesse, comme lorsque la disparition est encore proche et douloureuse, non réellement une sorte de douceur dans l'air et d'amour.

Le programme d'aujourd'hui comprenait un repas chez ma belle-mère. On reprenait les mêmes personnes, on y ajoutait ma maman et l'ouverture des cadeaux et l'on achevait ainsi la féérie de Noël.

Mais ce matin nous avons appris le décès brutal, de la soeur de mon beau-frère. Elle est morte dans la nuit, dans son sommeil, sans cause apparente à 57 ans, suivant ainsi le même destin que son père des années auparavant. 

Nous sommes néanmoins allés chez ma belle- mère, avec ma maman, tandis que manquaientt ma soeur, son mari et ses deux enfants.

Etrange contraste. Etrange sensation toute la journée.

La mort est brutale et le ressenti est encore plus douloureux en cette journée d'ordinaire synonyme de joie.

La vie nous rappelle qu'elle est est fragile et que sa fin peut être inattendue.

Posté par phany à 18:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 décembre 2018

Plaisirs retrouvés

Je sors de ma tanière. Pas trop tout de même. Le temps de partager quelques livres avec vous.

Cela faisait un bon moment que j'attendais de retrouver "Le livre" ! Celui qui transporte, émeut ou fait rire. Bref, celui que l'on n'oublie pas une fois la dernière page refermée.

J'ai commencé par le livre de Samuel Le bihan : "Un bonheur que je ne souhaite à personne", ou comment ne pas s'oublier soi-même lorsque l'on est maman d'un enfant autiste avec toutes les difficultés que cela comporte. Pour être honnête, je crois que j'attendais un peu plus de ce livre. Mais le sujet n'est pas aisé, et Samuel le Bihan le traite avec pudeur. Est-ce que l'on peut entendre sa propre voix à travers celle de son héroïne, alors que lui même est papa d'une petite fille autiste ? 

Image result for un bonheur que je ne souhaite à personne

 

J'ai poursuivi ensuite ma lecture du soir avec le livre d'Adeline Dieudonné : "La vraie vie."

J'ai su dès le début que sa lecture serait un régal. J'ai aimé le style, et j'ai été emportée dans la vie de la jeune héroïne. C'est un livre fort, qui ne laisse pas indifférent.  Je n'en dirait pas plus, mais je le conseille vivement. Il est le livre que j'attendais depuis un bon moment.

Image result for la vraie vie

 

D'ordinaire, j'attends un peu entre chaque livre (une nuit en général), comme si j'avais besoin d'un temps de digestion. Mais ce matin, à peine avais-je fini "la vraie vie" que j'ai commencé le livre de Cali : "Seuls les enfants savent aimer".

Il serait un peu hâtif de ma part, alors que je n'en suis qu'à la 63 ième page de donner un avis définitif, mais je me laisse transporter avec plaisir dans la poésie des mots de Cali. C'est beau, c'est doux, c'est triste, c'est émouvant.

Cela m'intrigue cette capacité à écrire un roman avec une telle poésie dans le ton. Bref, je crois que je suis en bonne voie d'adoration et j'aime ça.

J'aime cette boulimie frustueuse de lecture. Elle s'accompagne en ce moment, également, d'une étrange "boulimie" de sucré, sans qu'il y ait une quelconque corrélation entre lecture et gourmandise.

A moins que les livres ne soient comme des bonbons : parfois sucrés, parfois acidulés.

Posté par phany à 14:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 novembre 2018

Vivement la couette !

Cela fait plusieurs jours, que je regarde cette page blanche d'ordi et que je me dis qu'il serait temps de remédier à cette absence d'écriture.

J'ai le même problème, face à la page blanche de mon journal intime.

Mes doigts ne semblent avoir rien à dire que ce soit en pianotant sur le clavier ou en prenant la plume. Au final, mettre en cause mes doigts est réducteur. C'est plutôt ma tête qui se met en veille.

Je cherche, ce que je pourrais raconter, mais le constat est un peu le même depuis plusieurs jours... je n'ai pas grand chose à raconter. Je me laisse happer par la spirale du métro boulot dodo. Sans le métro mais avec une grosse envie de dodo ! 

Et puis, il y a des sujets que je n'ai pas envie d'aborder non plus. Ma mère en fait encore parti et ça me saoûle.

Je cherche la douceur et la quiétude dans la musique, la lecture (mais toujours pas de livre qui m'accroche) et dans quelques sucreries : oursons guimauve, cannelés maison dimanche dernier (à consommer vite c'est encore meilleur) et meringues maison (j'ai englouti la dernière cet après-midi). Il faut croire que je manque de sucre. Envie de tarte citron meringuée. (petite précision car j'entends déjà des voix dire : envie = grossesse... rien à voir ! )

J'avoue aussi avoir pris un croissant ce matin. C'est devenu un petit rituel depuis l'année dernière. Une prise de sang à jeûn = un croissant après. Je vais finir par aimer les prises de sang.

Allez, je vais vous avouer un truc. Ce matin, à onze heures, je me suis remise sous la couette toute habillée pour une bonne vingtaine de minutes durant lesquelles j'ai tenté de dormir. Je ne crois pas y être arrivée vraiment, mais ça m'a fait du bien. Quand je vous dis que je suis en mode dodo en ce moment. Ce doit être la saison et la morosité du temps. Ce n'est pas faute pourtant de me doper à la gelée royale achetée à prix d'or par mon père, mais dont je ne semble ressentir aucun effet. Faut peut-être que je la prenne en intraveineuse. Bref, je suis comme beaucoup de personnes en cette période de l'année, un peu en hibernation. Appelez moi marmotte ! 

 

Posté par phany à 17:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 novembre 2018

Semaine de rentrée.

Reprise faite. Sensation étrange que les vacances sont déjà loin. Retour directe dans la réalité de la vie de la classe, lundi matin dès 9 heures, lorsqu' un élève a vomi en classe (j'adore !). Il avait déjà vomi le matin, chez lui mais comme il y avait la photo de classe, il est tout de même venu... pour repartir assez rapidement toutefois. 

Une semaine au rythme du boulot donc, avec une parenthèse médicale.

Rationnel contre séquelle psychologique.

Douleur le week-end dernier au niveau du sein gauche, tiraillement sous l'aisselle aussi. Il n'en faut pas plus pour que deux parties de moi se combattent. 

La rationnelle, qui dit :  "non, on ne va pas psychoter et imaginer le pire, là où il y a deux ans, on ne serait même pas allée voir un médecin !"

La "meurtrie" qui se dit : "Et si ..." et qui commence à regarder sur internet.

C'est donc la raisonnable qui a pris le dessus. Laissons le médecin trancher.

Rendez-vous pris mardi dernier. J'explique ma "dualité" au médecin, avec cette affreuse sensation de lui faire perdre son temps. Mais il est resté souriant et compréhensif... et rassurant. Douleurs intercostales m'a-t-il dit après examen et explications. 

Très bien cela me convient et me rassure d'autant que les douleurs se sont estompées. Au passage, il en a profité pour me faire une ordonnance pour revérifier le taux de mes hormones thyroïdiennes.

Cela m'a tout de même poussée à prendre mon rendez-vous avec ma gynécologue (il fallait que je le fasse de toute façon). Ce sera mardi prochain.

En décembre, c'est le chirurgien que je dois revoir.

Voilà pour  la parenthèse médicale.

Hier soir, fut d'une autre trempe. Sortie concert entre amis. Nous sommes allés voir Bénabar au grand Rex à Paris. J'ai adoré et me suis bien amusée. Que cela fait du bien ! 

BENABAR

La vie parisienne, grouillante me laisse toujours perplexe. Si je l'apprécie ponctuellement, je ne sais pas si je l'apprécierais au quotidien. 

Posté par phany à 17:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 novembre 2018

D'octobre à novembre.

Octobre s'est achevé sous le froid, la pluie et le vent.

Notre trajet de retour, dimanche dernier, nous aura fait voyager à travers le brouillard, la neige, la pluie et le vent. Seul le soleil manquait à l'appel. Mais je ne me plains pas, il aura été généreux durant ma semaine de vacances dans le sud, ce qui m'a permis de croiser quelques insectes plutôt "estivaux".

DSC09735

Petite visite à Sète également sous un grand ciel bleu mais aussi à Albi, lorsque la météo commençait à décliner. J'ai visité avec plaisir le musée Toulouse Lautrec.

Coup de coeur pour cette reproduction : 

Femme qui tire son bas - Henri de Toulouse-Lautrec

L'avant dernier jour, je suis allée rendre visite une fois de plus à ma grand-mère, comme une collectionneuse de beaux moments ne sachant pas quand seront les prochains.

Etait- ce parce que c'était le matin, en tout cas, je l'ai trouvé en bien meilleure forme que lors de mes visites précédentes et même si de temps en temps elle partait "ailleurs", j'ai pu néanmoins davantage parler avec elle. Cela m'a réconfortée. J'ai adoré sentir la douceur de sa peau sur mes lèvres quand je lui ai dit au revoir. Est-ce que toutes les personnes âgées ont la peau aussi douce ? 

Octobre rose est fini.

Aucun texte alternatif disponible. Le orange est ressorti pour quelques jours.

Novembre débute dans la grisaille et la pluie. Mais chez nous, novembre débute toujours par un événement "important" : l'anniversaire de ma fille, 16 ans aujourd'hui.

Une tarte au citron meringuée pour la circonstance. Repas simple à 4. Elle ressoufflera ses bougies dès dimanche prochain. Il faudra alors que je cuisine bien plus qu'une simple tarte au citron pour régaler les convives.

Ma mère va bien en ce moment. C'est suffisamment appréciable pour que je le note. J'ai rencontré son nouveau psy mardi dernier. Elle poursuit son traitement au lithium. Par contre, il a arrêté progressivement l'anti dépresseur. C'est une très bonne chose. Elle ne prend plus d'anxiolitique non plus depuis 15 jours et veut essayer de diminuer son cachet du soir pour dormir. Je la surveille "du coin de l'oeil"pour vérifier que l'on ne passe pas non plus dans une phase "trop haute". Il faut trouver le juste équilibre. Je vais savourer ces instants de tranquillité retrouvée.

Dans quelques jours, il faudra retrouver le chemin du travail. Je prépare déjà tout cela. Le lundi de la rentrée, ce sera la photo de classe ! Il va falloir que je me fasse belle :)

Deux mercredis matins travaillés sont prévus en ce début de novembre. Encore des documents à remplir, pap, ppre et j'en passe ... les D4 et les D1... 

Et puis le premier conseil de classe aura lieu. J'ai adoré une des questions transmises  par les parents élus : 

Concernant les invitations pour les anniversaires, peut-on les remettre aux maîtresses, ou les enfants les distribuent-ils eux-mêmes? 

Euh... comment dire ? On peut faire les gâteaux aussi et gérer les anniversaires à domicile si cela arrange tout le monde !!!! 

N'importe quoi ! Mais bon, si c'est la seule question qui les taraude, c'est que nous faisons bien notre travail (à part la distribution des cartes d'anniversaire, cela va s'en sans dire !)

 

 

 

Posté par phany à 19:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]